Ngor Sarr : “Tout ce qui touche à l'environnement et à l'électronique est très demandé au Sénégal”

Ngor Sarr : “Tout ce qui touche à l'environnement et à l'électronique est très demandé au Sénégal”

Ngor Sarr, président de la commission de coopération de l'Association des diplômés des universités soviétiques et russes au Sénégal, coordinateur de l'Association des professeurs de langue russe au Sénégal, a parlé du rôle de la langue russe dans le développement moderne du Sénégal, ainsi que de la coopération avec le LETI.

20.09.2023     136


En 2023, ETU «LETI» a gagné la bourse Rossotrudnichestvo «Organisation et tenue de La semaine russe des Sciences-Mathématiques-Physique-Informatique au Sénégal " pour les lycéens qui étudient le russe".».

Le partenaire principal du projet au Sénégal est Ngor Sarr, diplômé en 1989 de l'Université de l'amitié des peuples. Son amour pour la langue russe l'a amené à devenir d'abord enseignant, traducteur, puis organisateur d'activités éducatives - avec sa participation, la faculté des langues slaves a été ouverte à l'université de Dakar. Aujourd'hui, Ngor promeut activement les contacts dans les domaines des affaires, de l'éducation et de la technologie entre nos deux pays.

«L'histoire de notre interaction avec Ngor est une bonne illustration du développement des relations avec les pays africains. L'année dernière, une délégation du LETI s'est rendue au Sénégal, où nous avons été accueillis par Ngor. Nous avons constaté un grand intérêt pour l'enseignement dans les domaines de la science et de la technologie où notre université est leader. Cette année déjà, les premiers étudiants sénégalais viennent chez nous, et nous lançons au Sénégal un projet qui s'adresse aux lycéens décidés à étudier en Russie. En novembre, des professeurs du LETI donneront des cours de mathématiques, de physique et d'informatique dans trois villes de ce pays. J'espère que ce projet contribuera de manière significative à une nouvelle étape dans le développement des programmes éducatifs en Russie et en Afrique».

Anastasia Minina, vice-recteur pour les affaires internationales de «LETI»

Lors de cette interview, Ngor Sarr parle de l'histoire de l'étude du russe au Sénégal, de son expérience de l'interaction avec la Russie et des compétences du LETI qui sont demandées dans son pays.

– Ngor, pouvez-vous nous dire, s'il vous plaît, comment se présente aujourd'hui le système d'enseignement du russe au Sénégal?

– L'enseignement du russe au Sénégal a commencé dans les années 1960, au moment de l'indépendance du pays. Notre premier président (1960-1980), le poète Léopold Sédar Senghor, a décidé d'envoyer des étudiants sénégalais étudier le russe.

À l'époque, l'URSS était le centre mondial d'enseignement pour les pays en développement et les frais de scolarité étaient gratuits. Le Sénégal a alors commencé à étudier le russe dans plusieurs lycées - à Dakar, Kaolack et Saint-Louis. Le niveau du lycée au Sénégal peut être comparé à celui de l'école secondaire supérieure russe, après laquelle les étudiants choisissent une licence ou une formation universitaire complète.

En 2000, un collègue et moi-même, alors secrétaire général de l'Association des professeurs de langue russe, avons décidé, avec le soutien de l'ambassade de Russie au Sénégal, d'ouvrir une faculté de langues slaves. On y envoyait une volée de ceux qui étudiaient le russe et qui voulaient devenir enseignants. Mais les mathématiques, la physique et l'informatique ne sont pas enseignées en russe à la faculté des sciences et de la technologie. Néanmoins, grâce au quota de l'État, les étudiants russo-sénégalais avaient la possibilité d'aller dans différentes universités en Russie.

Aujourd'hui, l'intérêt pour l'étude du russe dans le domaine des sciences et de la technologie est élevé. Les étudiants souhaitent apprendre le russe afin de venir en Russie pour poursuivre leurs études dans leur spécialité, pour apprendre de nouveaux domaines de connaissances, des matières qui ne sont pas enseignées au Sénégal. À travers les médias, nous voyons comment la Russie a développé l'enseignement de sciences aussi importantes pour nous que la médecine, l'ingénierie, l'informatique.

– Pourquoi LETI est important pour la coopération ?

– L’université LETI possède tout ce qui est nécessaire non seulement au Sénégal, mais aussi à l'ensemble de l'Afrique. Lors du sommet Russie-Afrique, nous avons visité les laboratoires de haute technologie du LETI et vu des développements intéressants dans le domaine des panneaux solaires. Tout ce qui touche à l'écologie et à l'électronique est très demandé. Le Sénégal dispose d'une faculté de physique et de chimie, mais il y a une pénurie d'ingénierie et de spécialités numériques, c'est pourquoi les jeunes choisissent d'étudier au LETI.


– Dites-nous, s'il vous plaît, pourquoi la langue russe est-elle devenue proche de vous ? Pourquoi avez-vous décidé de lier votre vie à la langue russe et à la Russie ?

– Après l'école primaire, on entre à l'école secondaire, où l'on choisit une langue à étudier : l'arabe, l'espagnol, l'italien, le portugais, le russe ou l'allemand. On m'a pressé dans mon choix, on m'a demandé de mettre un "X" sur le formulaire le plus tôt possible. Mais j'ai décidé de regarder d'abord les alphabets. J'ai regardé l'alphabet de la langue russe, en particulier la lettre "Я" - et j'ai alors décidé que je choisirais le russe.

Le premier texte du manuel de russe de V.N. Vaneyeva commence par le thème "Ma famille", et la première phrase est "Je m'appelle Igor Petrovich. Voici ma famille". Je m'appelle Ngor, et les filles du groupe ont remplacé N par I, ce qui a donné Igor. Et aujourd'hui encore, je m'appelle Igor Sarr. Nous avions un vieux professeur, Peter Kharitonov, et tout le monde plaisantait en disant que j'étais son fils - "Igor Petrovich".

En outre, la langue russe m'a tout donné : j'ai étudié à Moscou et j'y ai fondé une famille - une femme et des enfants.

– Quelle est, selon vous, la chose la plus difficile dans la langue russe ?

– La phonétique est très difficile ! Lorsque j'enseignais à la faculté de pédagogie, j'accordais une attention particulière à la prononciation. Malheureusement, nos enseignants ne sont jamais allés en Russie. Le développement professionnel est ma tâche principale. Aujourd'hui, Rossotrudnichestvo envoie des professeurs russes en Afrique, ce qui contribue à améliorer les qualifications de nos enseignants. C'est formidable. Mais pour apprendre une langue, il est important de parler avec des locuteurs natifs, de voir des panneaux dans la rue, de regarder la télévision - de vivre dans une société russophone. Nous espérons une coopération stable à long terme.